PHILOSOPHIE

La Fronde est une constellation d’artistes et d’acteu·r·rices du champs chorégraphique regroupée autour des projets impulsés par les chorégraphes Ève Magot et Nina Santes.

C’est un tissu de liens, visibles et invisibles. Elle défend la cohabitation harmonieuse d’une pluralité d'esthétiques au sein d’une vision du monde en partage.

À travers la production et la diffusion de projets chorégraphiques transdisciplinaires, La Fronde ouvre des espaces pour développer des pratiques de transformations, dans un souci de mise en lien transversale des questions artistiques, sociales et politiques.

Par son principe coopératif et proposant par son fonctionnement la mutualisation de compétences, de moyens et de financements, La Fronde défend la solidarité, l’entraide – le faire-ensemble.

La Fronde défend le droit des travailleu·r·ses et son respect.

La Fronde lutte à son échelle et en conscience pour plus de justices, pour identifier et démanteler les structures de dominations dans lesquelles nous évoluons. Elle met en acte ses idées et valeurs dans un souci de cohérence, autant dans les créations artistiques que dans leur mode de production.

La Fronde cherche à transformer le monde à son échelle. C’est à travers les modalités de travail et de structuration tout autant qu’à travers les créations artistiques considérées comme des rituels de transformation que naissent de nouveaux récits sensibles, troubles, poreux, inventant d’autres façons de partager par nos corps, l’espace.

La Fronde est un terrain commun de valeurs, de pensée, d’engagement, de visions. Un modèle de développement durable et résiliant.

MUTUALISATION

La Fronde est une plateforme coopérative qui produit des œuvres, qui mutualise des moyens (de production, diffusion, logistique, technique) et invente des modes de fonctionnement basés sur le partage, la solidarité et la synergie.

Différenciée du collectif, La Fronde se définit comme un camp de base mutualiste, une coopérative œuvrant dans une circulation des idées, des compétences, des moyens, pour porter un regard innovant, singulier, créatif, tout autant sur les écritures de la scène que sur les modes de production.

Les artistes de La Fronde interrogent à la fois l’œuvre qu’ils créent, son propos, son esthétique, mais aussi la façon dont elle est fabriquée. Ils s’approprient les outils nécessaires à la mise en œuvre et au partage de leurs projets, grâce à un travail d’équipe fait d’aller-retours entre le travail artistique et le travail de production. La collaboration est totale et s’établit à tous niveaux.

La Fronde bénéficie du soutien à la structuration de la DRAC Île-de-France - Ministère de la Culture. Nina Santes est artiste associée au Centre chorégraphique d'Orléans - CCNO - pour les années 2021-2023. Nina Santes & La Fronde sont artistes associées au Manège, scène nationale de Reims pour les années 2021-2023.

portrait de Bo / Kevin Jean par Human Macaron

Ève Magot

(co-fondatrice)

ÈVE MAGOT
(co-fondatrice)

Ève Magot est chorégraphe et danseuse et a co-créé en 2011 la plateforme coopérative de production La Fronde avec la chorégraphe Nina Santes.

Depuis 2009, Ève a collaboré en tant qu’interprète au près de Stephanie Aubin, Odile Duboc, Myriam Gourfink, Philippe Grandrieux, Yann Marussich, Julie Nioche, Agathe Pfauwadel & Laurie Giordano, Pascal Rambert, Alban Richard et Perrine Valli.

La 36ème chambre (2011), Derrière la porte verte (2012) et Des Paradis (2015), constituent un premier cycle de créations dans lequel sont explorés les relations entre l’environnement et nos comportements, nos capacités à cohabiter et coopérer, à nous libérer en jouant avec les contraintes, les normes et handicaps.

En 2016, elle co-signe le duo Les Promesses du Magma, avec la rappeuse Casey, dans le cadre des Sujets à Vifs du festival d’Avignon.

En 2018, elle crée The Sweet Way, avec le groupe de Parkour réunionnais New Gravity.

Dans le cadre de son association 2017-19 avec le Théâtre d’Arles, elle développe La Poursuite du Cyclone (2019), ainsi qu’un cycle de week-ends de pratiques artistiques et de réflexions autour des coopérations et des mutualisations portées par La Fronde.

En 2020 Laisser la place, créé avec la complicité de la chercheuse Ludivine Demol dans le cadre du programme La Beauté du Geste (2020) au Théâtre de Brétigny, ne sera pas joué pour cause de pandémie.

En 2021 elle crée Dans le Mille, un trio pour tordre les masculinités et les bassins, et amorce Le Temps de Rien, performance atypique pour une personne pour prendre le temps de se contempler.

Avec Nina Santes et La Fronde, elles créent et assurent la curation du mini-festival de pratiques artistiques et de performances LA NUIT et œuvrent  pour le partage des espaces et des ressources offertes par les institutions avec lesquelles elles collaborent.

Elle développe des projets artistiques en lien avec ses recherches au près des publics des territoires dans lesquels elle s’engage : projets de créations participatives (DES AUTRES PARADIS), CLEA à La briqueterie CDCN, interventions en milieux institutionnels (IME, EHPAD) et scolaires dans le cadre de La Fronde et en association avec Agathe Pfauwadel & Laurie Giordano. En 2021-22 ielles créeront Saisir aux passages et ses constellations sur le territoire de Seine Saint Denis en lien avec l’ARS, la DRAC et le département.

Elle a été artiste en résidence longue à l’échangeur CDCN Hauts-de-France en 2012-2015, artiste associée au Manège de Reims 2013-2015 et artiste associée au Théâtre d’Arles en 2017-2019.

Nina Santes

(co-fondatrice)

Nina Santes
(co-fondatrice)

Nina Santes fait ses débuts sur scène en tant que marionnettiste. Depuis 2008 elle a collaboré en tant qu’interprète avec de nombreux artistes.

Elle est l’auteure de pièces chorégraphiques et musicales, dont Désastre (2012), en collaboration avec le compositeur Kasper Toeplitz, Transmorphonema, un duo avec le chorégraphe Daniel Linehan (Vif du Sujet SACD 2014), et Self made man (2015).

En mars 2016, elle co-signe un duo en collaboration avec Célia Gondol : A leaf. Le duo est recréé pour le Festival d’Avignon en 2019.

En 2018, elle crée Hymen Hymne, création chorégraphique et musicale pour 5 interprètes. La même année, elle reçoit le Prix SACD Nouveau Talent Chorégraphique.

En 2020, elle crée République Zombie, création pour trois interprètes. Elle crée également (Though a silent orchestra, they were full of) ELEGIES, une performance sonore et chorégraphique pour la voix d’un enfant et un groupe de chanteur.se.s traditionnel.les, pour le MIR Festival – Athènes.

En 2021, le Ballet de l’Opéra de Lyon l’invite à créer un solo, LA VENERINA, pour la danseuse Elsa Monguillot. 

À partir de 2022, elle ouvre un nouveau cycle de créations, Beauty Glow Tanning Studio. Le premier épisode de ce cycle est un solo intitulé Peeling Back

Elle est artiste associée à l’Atelier de Paris CDCN de 2019 à 2021, puis au Centre Chorégraphique National d’Orléans ainsi qu’au Manège de Reims, en compagnie de La Fronde, de 2021 à 2024.

L’approche artistique de Nina Santes est profondément transdisciplinaire. En émerge un langage chorégraphique articulant le geste avec des pratiques multiples, comme la parole, le chant, la musique, la relation à la matière et aux objets. Ses projets sont pensés comme des espaces alternatifs offrant la possibilité dʼune expérience de transformation – des affects, des idées. Un déplacement du regard et de la perception. À travers des dispositifs immersifs pour le spectateur, elle explore la relation entre lʼindividu et son environnement, entre le temps du travail et celui de la contemplation, entre lʼexpérience du réel et le jaillissement de la fiction.

Lʼapproche artistique de Nina Santes sʼintéresse tout particulièrement à la notion de potentialité – dʼun corps, dʼun individu, dʼun groupe – et sʼappuie sur une philosophie de lʼautodidaxie. Apprendre en faisant, dé-hiérarchiser et faire circuler les savoirs et les pratiques, construire d’autres formes de puissance individuelle et collective.

Collaborateurices

Collaborateurices

Léa Turner
Léa Turner est d’abord diplômée du barreau de Paris et spécialisée en droit pénal et pénitentiaire. En 2018, elle se dirige vers le monde du spectacle vivant en tant que chargée de diffusion au sein de la compagnie Massala – Fouad Boussouf, puis comme chargée de coordination à la Ménagerie de verre. En 2019, elle entreprend une formation « administrateur de spectacle vivant » dispensée par le CFPTS et entame une alternance dans la compagnie VlovajobPru de François Chaignaud & Cecilia Bengolea en tant qu’assistante administrative/production. Elle intègre finalement, en automne 2020, le poste de chargée de production et diffusion au sein de la compagnie La Fronde. En parallèle, Léa lance aux côtés de sa mère, créatrice, la marque familiale de prêt-à-porter, Hudelaine, qui propose des créations uniques à partir de vestes et de canevas réutilisés dans un esprit d’upcycling.

Barbara Coffy-Yarsel
Barbara Coffy-Yarsel a travaillé auprès de lieux de création et de recherche artistique (Laboratoires d’Aubervilliers, Usine C – Montréal, Halles de Schaerbeek – Bruxelles) et accompagne depuis une dizaine d’années des artistes chorégraphiques. Elle développe en parallèle différentes activités liées aux champs de la recherche, de  l’écriture et de l’édition : entre 2010 et 2013, elle mène une enquête documentaire au Liban auprès d’artistes autour des notions d’architecture visible et invisible à Beyrouth ; de 2013 à 2016, elle mène une recherche entre Paris (EHESS – Laboratoire arts et langages) et Istanbul qui caractérise une poétique de la désorientation en prenant appui sur les œuvres de Bilge Karasu et Robert Walser. Depuis 2015, elle fait partie du collectif Rester.Étranger, forme mutante et familiale qui creuse l’hospitalité dans l’expérience de l’écriture et de la performance. En 2020, elle fonde la structure Maison Trouble, outil d’accompagnement artistique et lieu de fabrication éditoriale imaginé à la croisée de la scène, de l’écriture et de la performance.

Annie Leuridan
Annie Leuridan vit et travaille dans le nord de la France. Éclairagiste, paysagiste, bavarde, militante, co-auteur de documentaires, assistante de réalisation, elle aime la transmission des savoir-faire, l’animation de groupe d’usagers, les vacances et un tas d’autres choses plus ou moins avouables. Elle crée la lumière de spectacles, de dispositifs plastiques et d’expositions. Son parcours suit les chemins de l’opéra, du théâtre et de la danse surtout lorsqu’ils visitent différentes formes scéniques – du rapport bi-frontal aux petites formes itinérantes. Là va sa préférence. Depuis 15 ans, elle se consacre principalement à la lumière de danse en regard de la place faite à la lumière dans le traitement des espaces, des volumes, des couleurs et des rythmes. La rencontre avec des plasticiens la conduit à traiter la lumière en tant que matière même de l’oeuvre. La transmission des savoir-faire devient une nécessité après 30 années passées sur les plateaux.

Nicolas Martz
En 1997, après des études de lettres modernes à la faculté de Reims, Nicolas Martz a suivi une formation aux techniques d’enregistrement à l’Ecole des Métiers de la Communication (E.M.C). Appelé au service militaire en 1999, il choisit de devenir objecteur de conscience à l’Ensemble 2e2m. Il réalise alors les enregistrements des concerts et se familiarise avec la composition musicale assistée par ordinateur.
A cette époque, il fonde un groupe de musique électronique ,Missmood, et commence à se produire en concert à partir de matériaux préenregistrés modifiés en direct.
Le hasard des rencontres fait qu’il s’oriente rapidement vers la création sonore en relation avec la danse. Depuis 20 ans il collabore à de nombreuses pièces, œuvres, performances et réalisations avec plusieurs compagnies de danse contemporaine, de théâtre et autres plasticiens/performeurs.
Avec le souci d’aborder son métier de façon globale, il cherche à prendre en compte les situations , les environnements et les matières pour la diffusion sonore. Son travail d’accompagnement et de mise en espace lui importe tout autant que la création des matières sonores.
Il trouve dans les sons du réel l’inspiration et, le traitement, l’arrangement et la composition du hasard on toujours suscité beaucoup d’intérêt chez lui.

Anthony Merlaud
Je me suis intéressé à la lumière par la pratique de la danse, en amateur, dans des groupes de recherche chorégraphique à l’université de Poitiers et de Brest où j’y apprends la gestion du corps, de l’espace, de l’image. Cette pratique artistique me pousse vers des études en audiovisuel, le master image et son de l’université de Brest. Parallèlement à cette formation, je m’initie à la lumière pour la scène à travers des festivals de danse, Antipodes au Quartz à Brest, Latitudes Contemporaines à Lille, le festival À Corps à Poitiers, ou encore Tanz Im August à Berlin. Je travaille principalement sur des pièces chorégraphiques depuis 2012 et je continue à me former en travaillant en collaboration avec des éclairagistes (Sylvie Garot, Erik Houllier, Philippe Gladieux, Abigail Folwer, Yves Godin) qui m’amène à travailler avec des artistes tels que Steven Cohen, François Chaignaud, Nadia Beugré, Danya Hammoud, Fabrice Lambert, Gaël Sesboüé, Latifa Laâbissi… Je fais aussi mes propres créations lumières avec : François Chaignaud et Nino Laisné (Romances Inciertos), François Chaignaud et Marie- Pierre Brébant (Symphonia Harmoniae Caelestium Revelationum), François Chaignaud et Geoffroy Jourdain (t u m u l u s), Nadia Beugré (L’Homme Rare), Mickaël Phelippeau (Pour Ethan, Avec Anastasia), Arthur Perole (Ballroom, Nos Corps Vivants), Marta Izquierdo (Imago Go), Bo Kevin Jean (Dans le Mile), Enora Boëlle (J’ai écris une chanson pour Mac Gyver, Moi Canard), Léa Bonnaud (Pistes).

Bia Kaysel
Bia Kaysel est architecte, scénographe et créatrice lumière brésilienne. En France depuis 2014, elle a pu travailler avec différents artistes et collectifs. Actuellement partenaire de la compagnie La Fronde de Nina Santes et Bo / Kevin Jean, scénographe du Grupo Barka à Rio de Janeiro, elle coordonne le projet Fauvettes en banlieue parisienne et collabore avec différentes compagnies de danse et théâtre. Elle a fait la création lumière de Divine Cypher de Ana Pi et les nouvelles créations en cours de Nadia Beugré, Claire Lapeyre Mazerat, Magda Kakouche entre autres.

Lynda Rahal
Lynda Rahal (née et vit à Paris, 1984) est une artiste évoluant dans les arts chorégraphiques, performatifs et visuels depuis quelques années. Elle s’est formée à Ex.e.r.ce/ MA sous la direction de Mathilde Monnier (2011-2013), participe au programme Art, dance et performance au CCN Belfort et obtient un master 2 art danse au sein de l’université Paris 8. Dans le cadre de la formation Ex.e.r.ce, elle prend part au processus de reconstruction de la pièce d’Yvonne Rainer : Continuous Project Altered Daily (1970-2011) avec la collaboration des étudiants, et de Xavier Leroy et Christophe Wavelet. Depuis 2011, elle a collaboré en tant qu’interprète avec de nombreux chorégraphes en France et en Europe dont Andy De Groat, Hervé Diasnas, Rosalind Crisp, Jonathan Schatz, Joao Dos Santos Martins, Antonija Levingston and Nadia Lauro, Ingrid Berger Myhre, Tino Seghal et plus récemment Mylène Benoit, Nina Santes et Arthur Perole. Elle intervient également en tant que collaboratrice/dramaturge auprès de différents artistes chorégraphiques, Katerina Andreou (BSTRD/ A KINF OF FIERCE), Nina SANTES (Hymen Hymne/ Republic Zombie, Coven, La nuit, Beauty Glow Tanning studio), Sebastien PROVENCHER et Julia LAPERRIERE (What will come ), Steven Michel (Datadream) et Sorour Darabi (Mowgli / Natural Drama). Son approche et ses pratiques artistiques ont été fortement nourris par ses diverses collaborations. Depuis 2008, elle développe son propre travail qui englobe un large éventail de formes, incluant la chorégraphie, l’installation sonore, la création de film et de publication. Elle s’intéresse aux questions de langages, de gestes, aux traces que l’on laisse et à celles qui s’inscrivent dans nos corps par le biais d’une approche documentaire et conversationnelle.  Elle crée Re—re—write /Re—re—think une installation choregraphique dans le cadre de l’exposition Cupli à Geneva, Landslide / Object 1 a documentary installation/film montré au Beirut Art Center et au Mucem à marseille, Objects of contagion co-signé avec Katerina Andreou et Jasmin Ihrac avec le soutien de Life Long Burning et du CCN Montpellier, Réciter les Langues co-signé avec Célia Gondol (Palais de Tokyo, Paris) et Ask the oracle, un projet de workshop performatif crée à Casa do povo / Institut Français, Sao Paulo in 2017 et remonté en 2019 à Téhéran en Iran. En 2021, à la suite d’une commande de l’institut français et aux conséquences de la crise Covid, elle crée le film / installation La Grosse Fatigue, en collaboration avec Nina Santes et Viktor Szeri. Elle reçoit les bourses Danceweb 2016 dans le cadre du festival Impulstanz à Vienne et Roberto Cimetta Funds 2015/ 2018 pour des voyages de recherche en Iran et au Liban et participe au programme de rencontre de jeunes artistes et critiques dans le cadre du Festival Transamerique en 2015 à Montréal.

Célia Gondol
Née en 1985 à Grenoble (France), vit et travaille à Paris. Célia Gondol, chorégraphe, danseuse et artiste plasticienne, inscrit son travail dans les domaines du champ chorégraphique, musical, de l’astrophysique et de la physique fondamentale. En parallèle, elle pratique régulièrement le chant et l’apnée. L’œuvre de Célia Gondol tire de sa pratique de la danse une manière d’orchestration chorégraphique empruntant au principe de formation la convergence d’individus. Préférant les situations vécues aux objets finis, l’artiste s’entoure de collaborateurs dont elle investit les spécialités – artisanales, techniques, scientifiques ou poétiques – comme les véhicules de performances communes. En Thaïlande, elle déplace l’offrande d’une jeune femme, l’invitant à dorer des végétaux plutôt que des idoles (Agreement in compassion, 2015). Au Brésil, elle inspire à un chansonnier issu de la tradition du repente, le « vers spontané », l’improvisation d’un poème allégorique repiquant des thèmes d’astrophysique contemporaine (O Lunático, 2018). Célia Gondol aime ainsi voir se révéler la singularité d’interprètes dans d’entêtantes rengaines, comme dans des tâches plus méditatives, rituelles ou votives. Actions minutieuses, séquences répétitives, attention absorbée : les gestes que l’artiste délègue bercent d’humbles routines humaines, dans lesquelles pulse néanmoins la marche des astres. Après une formation professionnelle en danse contemporaine, Célia Gondol intègre l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris dans l’ateliers d’Ann Veronica Janssens. Elle obtient en 2014 son diplôme (DNSAP) avec les félicitations du jury à l’unanimité. En 2017, Célia Gondol a participé à l’exposition Les Mains sans sommeil, d’abord présentée au Palais de Tokyo à Paris, avant de partir au Japon ; ainsi qu’au 62e Salon de Montrouge. Elle a présenté Slow aux festivals de performance Do Disturb au Palais de Tokyo, puis Verbo à la Galerie Vermelho à São Paulo (Brésil). En 2018, Célia Gondol a participé à différentes expositions collectives, comme SCULPTER (faire à l’atelier), organisée à Rennes en trois lieux (Frac Bretagne, La Criée, Musée des Beaux-Arts) ; Les Mains sans sommeil, avec la Fondation d’entreprise Hermès, au Forum / Ginza Maison Hermès, Tokyo (Japon). Cette même année, elle a également réalisé, la performance Slow, en clôture de l’exposition La timidité des cimes au Sogn & Fjordane Kunsmuseet, Førde (Norvège). En 2018, elle présente une exposition personnelle à la galerie parisienne Monteverita, Physical Meanings. En 2019, elle participe à l’exposition collective I Remember Earth au Magasin des Horizons à Grenoble. Par ailleurs, elle co-créé avec Nina Santes en 2019 le spectacle A LEAF pour « Le festival d’Avignon-73e édition », et signe les scénographies des spectacles Self Made Man (2015) et Hymen Hymne (2017) de Nina Santes, Totemic Studies (2018) de Matthieu Barbin, NEBULA (2021) de Vania Vaneau et accompagne la scénographie du spectacle Rencontre avec Pierre Pica de Emilie Rousset (2018). Comme danseuse interprète, depuis 2006,Célia Gondol collabore avec Mylène Benoit (2014-2021), Clédat et Petitpierre pour la performance Les mariés même (2016), Liz Santoro au Mac Val pour Mass over volume (2017), Annabelle Bonnery ou encore Yuval Pick. En 2020 elle rejoint le chorégraphe Alban Richard (CCN de Caen) pour la performance Altered Dance, puis la création 3 Works for 12 (2021).

Pauline Brun
Chorégraphe, performeuse et plasticienne, Pauline Brun joue avec les contextes et les différents médiums explorant le corps avec auto-dérision et à la lisière de l’absurde. Formée au Conservatoire de Nice, à la Villa Arson, à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et à ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montpellier, elle déploie des propositions entre art visuel et chorégraphie. Elle présente son travail de performances, installations et vidéos notamment au Centre George Pompidou, au MAC VAL, au Salon de Montrouge, au MAMAC, à La Station artist-run-space, au CND. En 2018, elle crée Scruffy shot, un duo avec Jonas Chéreau, où elle pose le white cube dans la black box. En 2022, elle crée le solo Raide d’équerre au 3bisf pour le Festival Parallèle où elle s’intéresse par des effets low-fi à distordre l’espace et le corps. En tant qu’interprète ou scénographe, elle collabore avec Fanny De Chaillé et Philippe Ramette, Alain Buffard (reconstruction de Mauvais Genre), Pol Pi, Jule Flierl, Bo / Kevin Jean, Nina Santes, Adaline Anobile, Jonas Chéreau, Antoine Cegarra, Gaëtan Rusquet…Actuellement, elle travaille sur les créations Jardins pièce de groupe pour les espaces publics et Tie-Tool en collaboration avec Marcos Simoes qui s’appuie sur le malentendu comme un outil chorégraphique et visuel.

Caroline K. Lavender
Artiste performeuse protéiforme, elle a formé son regard aux Beaux-Arts, sa posture dans le strip-tease et les sports de combat. Par la danse et les arts visuels, elle traverse les codes de l’érotisme pour composer un langage du sensible, du vulnérable et du puissant.

Nanyadji Ka-Gara
Née à N’Djaména, Nanyadji s’est très tôt prise de passion pour les arts notamment le théâtre, la danse et la photographie, ce qui la conduit à se former au conservatoire de théâtre de Poitiers et par la suite à l’ESTBA (École supérieure de théâtre de Bordeaux en Aquitaine) dirigé par Dominique Pitoiset et Gerard Laurent, elle terminera ses années d’études en jouant dans la pièce « Machine Feydeau » sous la direction des metteurs en scènes Yann-Joel Collin et Éric Louis. Elle se forme également en danse lors de masterclasses en France et au Burkina-Faso et en dansant dans la troupe de danses africaines traditionnelles et de percussions «Djembé Sacré» dirigé par Valérie Chauvet et Omar Diop, ainsi qu’au sein du  groupe de recherche chorégraphique universitaire de Poitiers, dirigé par Isabelle Lamothe; elle y travaillera avec les chorégraphes Christian Bourigault, Jackie Taffanel, et Dimitri Tsiapkinis. Attirée par la poésie, les discours engagés et la beauté que peut offrir un dialogue entre le texte, le corps et la voix. Nanyadji travaille à la fois dans des productions théâtrales et chorégraphiques engageant la voix…Elle travaille en tant que comédienne avec le metteur en scène Thierry Bedard dans « Un monde idéal » de Thierry Bedard, le metteur en scène Aristide Tarnagda dans « Roméo et Juliette » de Shakespeare, « Plaidoirie pour vendre le congo » de Sinzo Anza, « Pistes » de Penda Diouf, avec le groupe Apache dans le banquet littéraire « Sodome et Gomorrhe » de Proust, le metteur en scène Thomas Visonneau dans « Horace » de Pierre Corneille, le metteur en scène Silvano Voltolina  dans « ID+/«   de Roberto Fratini Serafide, Et actuellement avec la metteuse en scène Émilie Rousset dans « Reconstitution: le procès de Bobigny », le metteur en scène Erwann Mozet dans « Aurores » d’Erwann Mozet et dans « la défense devant les survivants » adaptation de la nouvelle d’Adolfo Bioy Casarès par et mise en scène par Clara Chabalier. Elle travaille en tant que danseuse/performeuse avec le chorégraphe Vincent Dupont dans « Mettre en Pièce(s) », la chorégraphe Nina Santes dans « Hymen Hymne », la chorégraphe Lenio Kaklea dans « Encyclopédie pratique, détours », et actuellement avec la chorégraphe Marion Alzieu dans « Si c’est une fille ». Nanyadji est assistante à la mise en scène pour la pièce « Claustria » de la comédienne et autrice Julie Teuf, présentée au Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine (TNBA) lors du Festival Novart 2013 et jouera par la suite dans la pièce « Cendrillon » écrite par Julie Teuf. Sensible à la transmission et aux opportunités d’échanges et de rencontres que cela permet, Nanyadji a également mené des ateliers de danse et de théâtre à L’EPCC de Guyane, en partenariat avec L’IDDAC et le TNBA, au CCNO, au TAP…Hors plateau, elle crée avec l’artiste Yaya Sarria l’exposition et installation « Découvrir son identité et faire découvrir à l’autre » portée par l’Association Untendanses (France) et la cie Sabot du vent (Tchad), exposition présentée au Tchad, au Cameroun et en France en 2017, 2018 et 2019. Ce projet est son premier travail photographique présenté publiquement.

Soa de Muse
Burlesque ! Cabaret ! Chant ! Danse ! Soa de muse est une créature hybride et multifacettes âgé de ? Ça personne le sait vraiment … Tout ce qu’on sait c’est qu’elle détruit le patriarcat et ça avec joie! Battement de cils théâtral, hochement de tête, moue dédaigneuse, claquement de doigts, les yeux au ciel, soa est  aussi cette nymphe merveilleuse un peu bitchy qui jamais ne te toise sauf pour te charrier gentiment et toujours avec bienveillance. 

Calixto Neto
Originaire de Recife au Brésil et installé en France depuis 2013, Calixto Neto s’est formé au théâtre à l’université Fédérale de Pernambuco, puis à la danse au sein du Groupe Experimental de Danse avant de suivre le master de chorégraphie ex.e.r.ce,  du CCN de Montpellier. Durant son cursus, il crée le solo petites explosions ainsi que le duo Pipoca, avec Bruno Freire. oh!rage, son second solo, visibilise les corps et identités minoritaires et s’intéresse aux danses « périphériques », en marge des circuits institutionnels. Membre de la compagnie de Lia Rodrigues de 2007 à 2013, Calixto Neto est aussi interprète dans les créations de Anne Collod, Mette Ingvartsen, Bo/Kevin Jean ou Luiz de Abreu dont il reprend la célèbre pièce O Samba do Crioulo Doido en 2020, dans le cadre du festival Panorama au CN D à Pantin. Encore en 2020, il réalise les films O Samba do Crioulo Doido: Règle et Compas et Pro Futuro Quilombo. En 2021 il crée Outrar en collaboration avec Lia Rodrigues et Feijoada, sa première pièce de groupe.

Oliver Normand
Danseur, chanteur et comédien, Olivier Normand se forme à la scène après des études de lettres modernes à l’ENS Lyon. Il participe au programme ex.e.r.ce (direction Mathilde Monnier et Xavier Le Roy) du Centre chorégraphique national de Montpellier, et au programme Transforme à l’abbaye de Royaumont (direction Myriam Gourfink). Il se forme également au jeu théâtral et au chant lyrique dans le cadre des conservatoires régionaux de Montpellier. Depuis 2007, il est interprète, entre autres, pour Mathilde Monnier, Alain Buffard, Fanny de Chaillé, Béatrice Massin, Joris Lacoste, Bruno Geslin, Émilie Rousset, Maya Boquet, Nina Santes, Eszter Salamon. En prolongement de ses activités scéniques, il développe une réflexion sur l’interprète dans le cadre du travail d’écriture en cours « Sous le regard ». Il signe également des pièces, à la croisée de ses différentes pratiques : ICI, puis L’Artificier et Récital. En 2022, il a créé « Vaslav » un spectacle – tour de chant, du nom de son alter-ego cabarettique. 

Luara Raio
Performeuse, chorégraphe et chanteuse de funk Sapatão, Luara Learth Moreira s’est formée à l’Université de Brasilia et à Forum Dança à Lisbonne et au Master EXERCE, ICI-CCN Montpellier. Son travail s’inscrit dans une perspective lesbienne, racialisée, anticoloniale du corps qui entend activer menaces et fractures dans les représentations hégémoniques du genre, de la race et du corps.

Betty Tchomanga
Née en 1989 en Charente-Maritime d’un père camerounais et d’une mère française, Betty Tchomanga entame sa formation artistique en 2004 au Conservatoire de Bordeaux ainsi qu’auprès d’Alain Gonotey de la Cie Lullaby. Elle se formera ensuite au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers (CNDC) en 2007 sous la direction d’Emmanuelle Huynh. Sa carrière d’interprète débute alors en 2009, elle collabore notamment avec des artistes tels qu’Emmanuelle Huynh, Alain Buffard, Raphaëlle Delaunay, Fanny de Chaillé, Gaël Sesboüé, Éléonore Didier, Anne Collod, Herman Diephuis et Nina Santes. 
En 2014, sa rencontre avec Marlene Monteiro Freitas marque un tournant dans son parcours d’artiste. La richesse de cette collaboration lui permet de déployer des puissances performatives où le détail et la musicalité tiennent une place importante. En parallèle de son parcours artistique, Betty poursuit des études littéraires à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et obtient un master 2 en lettres modernes en 2014. En 2016, elle intègre l’Association Lola Gatt Productions Chorégraphiques implantée à Brest en tant que chorégraphe associée avec Gaël Sesboüé et Marie-Laure Caradec. La même année, elle chorégraphie et met en scène Madame, une pièce pour trois interprètes. En 2020 elle crée son premier solo Mascarades qui tourne depuis. Elle travaille aujourd’hui sur un nouveau spectacle intitulé Leçons de Ténèbres et dont la création aura lieu en septembre 2022. Betty Tchomanga est artiste associée au Quartz, scène nationale de Brest (2021-2024).

Lise Vermot
Lise Vermot commence ses études de danse à EPSEDANSE à Montpellier en 1999 où elle obtient son diplôme de professeur de danse contemporaine en 2003. Puis elle part à Toulouse pour faire la formation d’interprète EXTENSION au Centre de développement chorégraphique en 2006. Par la suite elle est interprète pour différentes Cies dont les plus marquantes pour elle : A.Buffard, Vlamproductions, D.Wampach, N.Santes, M.Benoit, B.Tchomanga. Ces expériences lui ont permis d’approfondir le travail de la voix chantée, parlée ainsi que le travail du corps dans ces multitudes états émotionnels, énergétiques et dans toute sa puissance. Elle crée des performances in situ, monte deux expositions vidéo/photo/installation, crée un groupe de musique no style Les Craves, devient masseuse ayurvédique, professeur de yoga, intervient pour des groupes de femmes autour du corps, de la voix , du soin et de l’empowerment. Et à l’occasion se transforme en DJ Gravier !

Jean-Baptiste Veyret-Logérias
Jean-Baptiste est interprète et auteur de projets de spectacle vivant. Après une longue pratique du chant et une première expérience du mouvement dans la direction de chœur, il commence la danse parallèlement à ses études de sciences du langage. En 2003 il fait partie de l’ensemble vocal dirigé par Pierre Calmelet qui remporte la médaille d’argent au concours national du Florilège Vocal de Tours (FR). En 2005 il fait partie de la première promotion du programme ‘Essais’ au CNDC / Emmanuelle Huynh à Angers où il est invité à définir ses propres axes de recherche comme auteur. Il y réalise notamment chambre son, pièce chorégraphique et vocale pour chœur a capella. Dans ce cadre il est également interprète dans plusieurs projets, parmi lesquels My Country Music de Deborah Hay, dont il a réalisé une adaptation solo : acclimatation. Pendant sa formation, il intervient par ailleurs comme intervenant en chant dans la formation d’artiste chorégraphique
Depuis sa sortie du CNDC en 2006 il a fondé l’association la dépose et développe son propre travail. Il a réalisé une performance sur le souffle avec des aspirateurs-souffleurs, inspiratoire/aspiratoire, et a poursuivi sa recherche autour de chœurs en mouvement : avec breathing choir, considérant toujours le souffle dans son aspect musical (Porto, PT, 2008) ; avec Singing with Nicaoax, travaillant avec un chœur d’enfants à Oaxaca dans le cadre de l’événement international « Prisma Forum » (Oax, MEX, 2009) ; et avec I’ve got you under my skin, projet réalisé avec un chœur d’adultes amateurs dans le cadre de Guimarães 2012 European Capital of Culture (Guimarães, PT, 2012). Son intérêt pour la voix et le langage sont également à la source de animal animal, et parfois le poussent à se déplacer vers des formats non- performatifs, comme pour Déports
Il a également pris part à de nombreux projets collectifs, dont Tout Court sur invitation de Tommy Noonan au Stadttheater de Freiburg (DE, 2008), et Five People sur invitation de Dirk Pauwels à Campo à Gand (BE, 2009).
Comme interprète il a travaillé avec des artistes tels que Ivana Müller (HR/FR), Robert Steijn & Frans Poelstra (NL/AT), Martine Pisani (FR), Daniel Larrieu (FR), Begüm Erciyas (TR/DE), Gui Garrido (PT), Dennis Deter (DE)… Il a été assistant ou accompagnant pour des projets de Daniel Larrieu (FR) et Dery Fazio (MX/FR). Il a également collaboré avec les réalisateurs de cinéma Alain Escalle et Jonathan Desoindre (FR) ainsi que les artistes visuels Lizzie Scott (NY, US) et Frédéric Moser et Philippe Schwinger (CH/BE). Gwen van den Eijnde (FR) l’invite régulièrement à penser la mise en espace et en mouvement pour les présentations de ses objets textiles.
Depuis 2007 il est un des acteurs actifs du réseau international d’artistes sweet & tender collaborations.
En 2010 il obtient la bourse danceWEB pour participer au festival ImPulsTanz à Vienne (AT) et est sélectionné en 2013 pour participer aux Rencontres internationales des jeunes créateurs et critiques des arts de la scène dans le cadre du FTA / Festival Transamériques à Montréal (CA).
En 2014 il est certifié en pédagogie perceptive MDB (FR).

Magda Kachouche
Je suis chorégraphe, plasticienne et performeuse. Je fonde en 2022 ma compagnie, Langue Vivante, domiciliée dans ma ville d’origine, à Beauvais. Pièces chorégraphiques pour le dedans et le dehors, objets et performances, créations avec les gens, la compagnie Langue Vivante s’attache à devenir un laboratoire de recherche pour individus de tout bord, artistes et non artistes. Je souhaite valoriser un travail qui s’ancre sur des territoires et qui s’inscrit dans le temps, récolter des paroles et des voix, des gestes et des danses, fabriquer des paysages, rendre visible ce qui est caché. La compagnie est accompagnée par Danse dense, de 2022 à 2024. En 2021-2022, j’écris Chêne Centenaire en cosignature avec Marion Carriau. La pièce se décline en trois versions : une version plateau, créé le 15 décembre 2022 au Centre Chorégraphique national de Tours ; une version extérieure, créé le 11 juin 2022 au festival June Events avec l’Atelier de Paris CDCN et enfin PAYSAN.NE.S, version participative créée pour la première fois le 3 juillet 2022 au Parc des Guilands à Montreuil avec Danse dense, dans le cadre d’une résidence longue au sein de la ville dont nous bénéficions sur toute la saison. La pièce est actuellement en tournée. En 2021 s’est déroulée la deuxième édition d’« Entre Soie », projet participatif avec les patientes et les soignantes de l’Association Charonne, CSAPA. La première a eu lieu en 2017. Le travail que nous construisons avec l’équipe de l’association Charonne est pensé au long cours, et associe également l’artiste Charlotte El Moussaed, à la réalisation de films qui découlent de ces temps de création et d’expérience. En 2018, j’ai co-écrit Diotime et les lions avec Mylène Benoit, qui tourne actuellement en France et à l’international. Collaboratrice de la chorégraphe de 2013 à 2021, j’ai créé de nombreuses pièces participatives avec le projetVotre Danse, miroir de la pièce Notre danse (2014) pour laquelle j’étais assistante. Je co-signe les scénographies de Gikochina-sa (2018) et L’Aveuglement Installation (2017). Nous avons coconçu le cycle «Les danses augmentées» en 2014-2015 pour la Gaité Lyrique à Paris avec les Mouvements de la pensée. En 2018, je signe également la scénographie et la lumière de Je Suis Tous Les Dieux, première pièce de la chorégraphe Marion Carriau. Je fonde en 2015 le duo MKNM avec Noémie Monier. Objets, installations, performances : notre travail se tisse dans une polymodalité des formes. Nous sommes résidentes permanentes de DOC – espace de production artistique situé dans le 19ème arrondissement de Paris de juillet 2017 à janvier 2022. Je travaille régulièrement en tant que collaboratrice artistique et performeuse auprès de différents artistes (Nina Santes et Bo-Kevin Jean / La Fronde, Marion Blondeau, Maeva Cunci, Dominique Gilliot, David Wampach,.).

  • FR
  • EN